Newsletters

Newsletter A.D.R.V.©

 
banner newsletter

Toute l'actualité passée au crible sans concession, arts martiaux, krav maga NG, sports de combat, survie, sécurité, santé, secours, des idées, des conseils, des avis, des tests de matériel...

calendrier

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Module Krav maga ADRV© et la loi

5

La législation Française sur la self défense est souvent méconnue, pas connue ou simplement occultée. Il suffit de lire les revues spécialisées pour comprendre que la majorité des enseignants ignore les lois, pire ils vivent avec des supputations et des certitudes bien ancrées dans la croyance populaire. Pourtant, les textes sont les textes, que vous le vouliez ou non ! Dans le forum de David Manise (auteur du livre « Manuel de survie en milieu naturel »), un lecteur, juriste de formation (DESS) a proposé une synthèse à travers un savoir-faire et le décryptage de textes juridiques et la recherche de jurisprudence. Bravo pour ce travail qui va éclairer les zones d’ombre de la protection personnelle.

La légitime défense des personnes est définie à l'article 122-5 du code pénal français.

« Ce texte sera appliqué pour tout acte jugé par un tribunal français, que cet acte ait été commis en France ou à l'étranger, par un Français ou un étranger, sur un Français ou un étranger. La légitime défense doit être prouvée par celui qui s'en prévaut, c'est à dire la personne qui a accomplit un acte de défense. En clair, il ne suffit pas de dire qu'on se trouvait en état de légitime défense pour en bénéficier, il faut prouver que toutes les conditions de la LD sont réunies.

Le premier alinéa de l'article 122-5 concerne la légitime défense des personnes : "N'est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d'elle-même ou d'autrui, sauf s'il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l'atteinte." Ce texte veut dire que la personne au bénéfice de laquelle la légitime défense a été reconnue, ne verra pas sa responsabilité pénale engagée, bien qu'elle ait commis à l'encontre de son ou ses agresseurs un acte qui correspond matériellement à un crime ou un délit. (En l'occurrence, coups et blessures volontaires, coups mortels, ou meurtre). Examinons maintenant les conditions à réunir pour bénéficier de la légitime défense :

1° "devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui" : La personne peut se défendre elle-même, mais également défendre d'autres personnes, que ce soit des proches ou de parfaits inconnus. L'atteinte à la personne défendue ou qui se défend, ne doit pas être justifiée. L'atteinte justifiée recouvre en pratique trois cas :

-  " L'agresseur" était en réalité engagé dans une action de légitime défense, de lui-même ou d'autrui.

-  " L'agression" est en réalité une interpellation effectuée par les forces de l'ordre, agissant en cette qualité. C'est le cas du témoin qui se jette sur l'agent en civil qui poursuivait un délinquant.

-  " L'agression" consiste en réalité en l'application de l'article 73 du code de procédure pénale, qui donne le droit à tout témoin d'un crime flagrant ou d'un délit flagrant punissable d'emprisonnement, d'appréhender son auteur, pour le conduire devant l'OPJ le plus proche.

ATTENTION : s'assurer par la force d'une autre personne, fusse-t-elle un délinquant, est dangereux juridiquement parlant. On a très vite fait de basculer dans les violences volontaires, l'enlèvement et la séquestration arbitraire.

En résumé, il est important de ne pas foncer bille en tête et de prendre le temps d'analyser la situation avant de poser un acte violent (pour autant que la chose soit possible en pratique).

2° "accomplit, dans le même temps" : Ce morceau de phrase veut dire que l'acte de défense pour être légitime, ne doit pas :

- Etre accompli avant l'agression. C'est la prohibition de la défense préventive.

ATTENTION : cela ne veut absolument pas dire qu'il faut attendre d'avoir reçu le premier coup pour riposter ! L'esprit du texte est simplement d'interdire d'agresser autrui préventivement, au prétexte qu'il pourrait éventuellement avoir de mauvaises intentions à notre égard. Ni plus, ni moins. En fonction des circonstances (agression par un groupe, par exemple), il pourra être parfaitement légitime pour l'agressé de porter lui-même le premier coup, à condition qu'au moment où il le fait, l'acte de violence soit devenu inévitable pour préserver sa propre intégrité physique ou celle d'une autre personne.

 - Etre accompli après l'agression : cela recouvre toute action violente accomplie à partir du moment ou l'agression a pris fin, quelle que soit la forme de cette fin (par neutralisation de l'agresseur ou succès de l'acte d'agression), car à partir de ce moment, l'agressé a soit échappé au danger, soit le danger s'est réalisé, et donc il ne court plus de risque.

En résumé, l'acte de défense doit être accomplit de façon concomitante à l'acte d'agression. L'appréciation de ce que la concomitance recouvre concrètement, relève des circonstances.

3° "un acte commandé par la nécessité de la légitime défense" : Est nécessaire ce qui ne peut pas être autrement, ce dont on ne peut se passer. Poser un acte violent doit être devenu inévitable pour se sortir de cette situation. On lit souvent dans les manuels de droit que cette condition n'est pas aussi stricte qu'il y paraît et qu'en réalité, dans les cas où le repli est possible, on peut néanmoins choisir de se défendre. Je n'ai pas trouvé d'arrêt de la Cour de Cassation qui confirme clairement cette interprétation.

Et en pratique, du point de vue de la cohérence générale de mon discours et donc de ma crédibilité, je m'imagine mal en train d'expliquer froidement à un OPJ ou un juge que mon acte de défense était nécessaire, puisque j'avais choisi de ne pas mettre en œuvre la solution viable de repli qui était à portée.

4° "sauf s'il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l'atteinte" : La proportionnalité s'apprécie entre la défense mise en œuvre d'une part et l'atteinte que l'agresseur veut faire subir à l'agressé d'autre part. En droit, la gravité des dégâts occasionnés à l'agresseur, qui ne sont que la conséquence du moyen de défense, n'est PAS un critère à prendre en compte pour apprécier la proportionnalité.

En pratique, on apprécie la proportionnalité en considérant que la gravité intrinsèque de l'acte de défense ne doit pas dépasser la gravité intrinsèque de l'acte d'agression.

Par exemple : riposter à une agression au couteau en poussant à fond une clé sur les cervicales pourra être admissible, car il s'agit pour l'agressé de faire face à un danger de mort. Faire la même chose contre un coup de poing ne sera par contre normalement pas admis, ce type d'attaque ne mettant normalement pas la vie en danger. Cependant, si je tue mon agresseur, qui a priori ne mettait pas ma vie en danger, en utilisant un moyen de défense normalement non mortel, mais qui aura eu des conséquences aussi imprévues que regrettables pour nous deux, la proportionnalité pourra tout de même être reconnue.

Par exemple : mon agresseur me frappe, je riposte avec un crochet au foie pour me dégager, mais pour son malheur et le mien, mon agresseur est affligé d'une cirrhose monstrueuse et son foie éclate sous l'impact. Mais dans ce cas, je risque concrètement  d'avoir du mal à prouver que mon acte de défense était pourtant proportionné, malgré qu'il a eu des conséquences extrêmes.

Exemples d'appréciation de la condition de proportionnalité par des juridictions :

http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechExpJuriJudi&idTexte=JURITEXT000019891420&fastReqId=651520134&fastPos=1

Proportionnalité reconnue, car aucun doute possible sur les intentions belliqueuses de l'agresseur et riposte de l'agressé ayant simplement consisté à le faire tomber pour le maîtriser au sol, en attendant l'arrivée des gendarmes. Notez que la gravité des blessures subies par l'agresseur (hanche brisée) n'empêche pas les juges de considérer que l'acte de défense (consistant à faire tomber puis maîtriser) est « manifestement proportionné » à l'atteinte subie : bousculade, menaces et tentative de coups.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechExpJuriJudi&idTexte=JURITEXT000006947297&fastReqId=651520134&fastPos=2

Proportionnalité non reconnue, vu le grand âge et la fragilité physique apparente de l'agresseur, l'agressé (menacé avec un marteau) étant un homme jeune et robuste.  A noter : un seul témoin, qui n'a pas assisté aux évènements, et prise en compte du fait que l'agresseur n'avait rien d'un enfant de chœur, pour alléger la peine de l'agressé.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechExpJuriJudi&idTexte=JURITEXT000006941090&fastReqId=1467908947&fastPos=6

Proportionnalité reconnue : deux agresseurs alcoolisés forcent la porte du domicile de l'agressé, refusent de quitter les lieux, se livrent à des violences et menaces avant que l'agressé n'en jette un par la fenêtre et ne menace l'autre avec un cutter.

Points de vigilance particuliers sur la légitime défense :

Légitime défense et homicide involontaire : ils sont exclusifs l'un de l'autre.

Exemples :

http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000007066931&fastReqId=1731194708&fastPos=1

http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechExpJuriJudi&idTexte=JURITEXT000007066931&fastReqId=1889311885&fastPos=1

La cour de Cassation considère que l'acte de légitime défense est nécessairement voulu par son auteur. Or, l'homicide involontaire, défini à l'article 221-6 du code pénal, consiste en substance à causer la mort d'autrui par négligence, maladresse, ou imprudence, sans avoir voulu, ni cette mort, ni l'acte qui l'a causé.

Concrètement, cela veut dire que l'agressé ne peut pas prétendre à la fois bénéficier de la légitime défense et vouloir que son acte soit à défaut considéré comme un homicide involontaire (les peines pour cette infraction sont beaucoup plus légères que celles prévues pour les atteintes volontaires à la personne). S'il veut plaider la légitime défense, il est de fait obligé de reconnaître une atteinte volontaire à l'intégrité physique d'autrui.

Cette interprétation est très critiquable juridiquement et oblige l'agressé à un quitte ou double judiciaire, mais pour l'instant c'est celle de la plus haute juridiction française, il faut donc faire avec.

Cas ou la loi instaure une présomption de légitime défense au bénéfice de l'auteur de l'acte de défense : Il s'agit de l'article 122-6 du code pénal :

Est présumé avoir agi en état de légitime défense celui qui accomplit l'acte :

1° Pour repousser, de nuit, l'entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité ;

2° Pour se défendre contre les auteurs de vols ou de pillages exécutés avec violence.

ATTENTION : ce texte ne veut pas dire que dans ces deux cas, l'agressé bénéficiera automatiquement de la légitime défense !

Il s'agit « juste » d'un renversement de la charge de la preuve : alors que normalement, c'est à l'agressé de prouver que son acte de défense était légitime juridiquement, dans ces deux cas, c'est au procureur de prouver que l'acte violent de l'agressé ne remplissait pas un ou plusieurs des critères de la légitime défense.

Mythes sur la légitime défense :

 -  Les poings des boxeurs sont considérés comme des armes : Faux en France

-  On ne peut mettre en œuvre une arme que pour se défendre contre une agression avec arme : Faux en soi, cela dépend des circonstances. Mais toutes choses égales par ailleurs, il sera peut-être plus difficile de prouver que l'atteinte portée par un ou des individus désarmés était d'une gravité telle qu'elle nécessitait l'usage d'une arme en réponse.

-  Il est moins grave d'utiliser une arme improvisée qu'une arme par nature, pour se défendre : Faux, la loi française ne fait pas ce genre de distinctions pour apprécier la gravité d'une atteinte à l'intégrité physique.

-  Les pratiquants de méthodes de combat au corps à corps n'ont pas le droit d'utiliser leur art :  Faux. Par contre, l'appréciation du caractère proportionné du geste d'un pratiquant sera plus stricte que s'il s'agissait du pékin lambda, car les juges auront tendance à considérer que du fait de son entraînement, il a une plus grande capacité à maîtriser sa riposte.

Pour conclure sur la légitime défense des personnes : Il est impossible de dire a priori et dans l'absolu que tel acte, commis en réaction de tel type d'agression, sera ou ne sera pas reconnu comme un acte de légitime défense. Encore une fois, cela dépend des circonstances propres à chaque cas : type d'agression, nombre d'agresseurs, présence ou nom de témoins susceptibles d'intervenir, présence d'alcool, âge, sexe,état physique et antécédents des différents protagonistes....

La légitime défense des biens est définie au second alinéa de l'article 122-5 du code pénal :

"N'est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l'exécution d'un crime ou d'un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu'un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l'infraction."

1° "pour interrompre l'exécution d'un crime ou d'un délit contre un bien" : La légitime défense des biens concerne "un bien" . Cela peut être le mien, celui d'autrui, un bien public, un bien sans propriétaire.

Il faut "interrompre l'exécution d'un crime ou d'un délit". Pénalement, quasi toutes les atteintes aux biens sont, à ma connaissance, au moins des délits. Cette condition n'en est donc pas vraiment une. Par contre, le crime ou délit doit être en train de se commettre. On ne peut pas interrompre quelque chose qui n'a pas encore ou déjà eu lieu.

2° "accomplit un acte de défense, autre qu'un homicide volontaire" : Cette condition parle d'elle-même. On ne peut JAMAIS tuer volontairement quelqu'un pour protéger une possession matérielle, quelles que soient les circonstances. Cela implique qu'on ne peut pas protéger ses biens des voleurs en les piégeant avec des dispositifs mortels (explosifs, pièges à loups...).  Même si le dispositif ne fait que blesser le voleur, celui qui l'a posé reste juridiquement coupable de tentative d'assassinat.

3° "lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi" : Aussi une condition de nécessité, mais renforcée par rapport à la légitime défense des personnes.

En pratique et en logique, un acte n'est pas "strictement nécessaire". Il est nécessaire ou il ne l'est pas. Le législateur a voulu faire passer l'idée que la nécessité doit être appréciée plus rigoureusement s'agissant de la défense des biens. Je ne sais pas ce qu'il en est en pratique.

4° "dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l'infraction" : Mêmes remarques que pour la défense des personnes. A noter que le meurtre n'est JAMAIS un moyen proportionné à la gravité de l'atteinte que subit un bien.

Conseils généraux pour faire reconnaître la légitime défense par les autorités

- Si les circonstances le permettent, s'identifier clairement comme la victime aux yeux d'éventuels témoins, avant et après avoir posé l'acte de défense

 - Prendre le nom et les coordonnées des témoins. Ne pas hésiter à en rajouter une couche : "Vous avez vu ? Je m'occupais de mes affaires sans embêter personne et lui, sans aucune raison, il a essayé de me.... ". Cela pourra aider la personne à bien fixer dans son esprit les rôles respectifs des différents protagonistes.

 - Prévenir les secours si l'agresseur semble avoir besoin de soins, et la police autrement.

 - Déposer plainte contre l'agresseur (pas une main courante, mais une vraie plainte, avec constitution de partie civile).

 - Au maximum être précis et factuel dans les explications données aux forces de l'ordre. Surtout pas d'arrangements avec la vérité : les bons menteurs sont rares et perdre votre capital de crédibilité aux yeux de gens qui sont chargés de déterminer si vous faites partie des gentils ou des méchants, serait dramatique. Si vous avez une bonne raison de penser que dire la vérité ne vous aidera pas, alors taisez-vous ou au moins restez dans le vague, jusqu'à avoir pu en discuter avec votre avocat.

 - Demander l'assistance d'un avocat : Si dès à présent vous connaissez un avocat pénaliste, apprenez par cœur un numéro de téléphone où il est joignable à tout moment, pour le cas où. Contactez-le dès que possible (par exemple juste après avoir prévenu les secours ou la police), résumez-lui la situation et suivez les conseils qu'il vous donnera. Sinon, cherchez-en un dès que possible.

ATTENTION : Un avocat coûte cher si vous ne bénéficiez pas de l'aide juridictionnelle (en pratique, environ 200€ de l'heure au minimum). Raison de plus pour rentabiliser l'investissement en lui racontant bien toute la vérité dès le début, même si elle ne vous fait pas apparaître sous votre meilleur jour. C'est seulement ainsi qu'il pourra vous aider efficacement. Et si suites judiciaires il y a, vous aurez grand besoin de l'aide d'un professionnel pour faire reconnaître votre bon droit.

Suite sur le blog : http://pasmalpasnormal.over-blog.com/tag/legislation/

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Si je dois citer 2 mots propres à notre école krav maga ADRV©, ce sont résilience et mémoire procédurale. Comprendre le fonctionnement du cerveau sur lequel repose notre ligne directrice permet de s’appuyer sur des principes, pas sur des techniques. J’aborderai ce sujet dans mon prochain livre consacré à la psychologie comportementale et aux sciences cognitives (dans le domaine de la violence et du combat rapproché). La mémoire repose sur cinq systèmes de mémoire impliquant des réseaux neuronaux distincts bien qu’interconnectés :

1- La mémoire de travail (à court terme) qui est au cœur du réseau.

2&3 - La mémoire sémantique et la mémoire épisodique qui sont deux systèmes de représentation consciente à long terme.

4- La mémoire procédurale qui permet des automatismes inconscients.

5- La mémoire perceptive qui est liée aux sens.

5

Cet ensemble complexe est indispensable à l’identité, à l’expression, au savoir, aux connaissances, à la réflexion et même à la projection de chacun dans le futur. (Sources : Pr. Francis Eustache, Directeur de l'unité Inserm-EPHE-UCBN U1077 "Neuropsychologie et neuro-anatomie fonctionnelle de la mémoire humaine").

Pour mieux comprendre le « système des mémoires » en quelques lignes, Marie-Céline Jacquier de Futura-Sciences nous propose de faire connaissance avec la mémoire procédurale.

« La mémoire procédurale est la mémoire des savoir-faire et des habiletés motrices. Elle permet d'acquérir des automatismes de manière inconsciente, afin d'accomplir des tâches motrices, mais sans avoir à réapprendre les gestes nécessaires à l'action : conduire une voiture, marcher, manger, nouer ses lacets, faire du vélo, skier ou nager.

Cerveau : la mémoire procédurale, une mémoire implicite

La mémoire procédurale est une mémoire implicite (qui fait partie de la mémoire à long terme) parce que l'individu n'a pas besoin de se concentrer sur sa tâche pour l'accomplir. De manière générale, on distingue la mémoire à court terme de la mémoire à long terme. Cette dernière comprend :

- La mémoire déclarative ou explicite : mémoire épisodique et mémoire sémantique ;

- La mémoire non déclarative ou implicite comme la mémoire procédurale.

La mémoire procédurale est particulièrement sollicitée par les sportifs ou les artistes qui doivent acquérir des automatismes dans certains gestes. La mémoire procédurale utilise des réseaux neuronaux sous-corticaux (striatum, noyau caudé) et situés dans le cervelet.

Maladie neurodégénérative et mémoire procédurale

Dans certaines maladies neurodégénératives, comme la maladie de Parkinson ou la maladie de Huntington, la mémoire procédurale peut être affectée. Le patient rencontre des difficultés à faire un apprentissage procédural (par exemple, pour la lecture en miroir). En revanche, la mémoire procédurale est conservée dans des cas d'amnésie profonde, ce qui suggère qu'elle utilise des voies indépendantes. »

Comment cela fonctionne-t-il ? « La personne ne peut pas vraiment expliquer comment elle procède, pourquoi elle tient en équilibre sur ses skis ou descend sans tomber. Les mouvements se font sans contrôle conscient et les circuits neuronaux sont automatisés » dixit le professeur EUSTACHE. Il y a des circuits inexplorés sur lesquels ma méthodologie repose, valable pour tous les modules du krav maga ADRV©, inclus le tir d’instinct.

Sources : Marie-Céline Jacquier de Futura-Sciences

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Récemment, je lisais des avis sur un forum réservé aux arts martiaux, dans lequel chacun déversait « sa vérité », souvent de façon virulente, notamment à propos du Krav Maga. Entre les noms d’oiseaux et les insultes, chacun campait sur sa position. Hors comme je le souligne souvent, l’ignorance à l’heure de la technologie est un choix. Il suffit de chercher sur le net les bonnes informations, faire le tri, vérifier les archives avant de tirer des conclusions hâtives. Méfiez vous des certitudes et autres préjugés collectifs, des « on dit », « il paraît que » recueillis auprès d’un tiers ou d’un groupe. Cela vous évitera une perte d’énergie, les YAKAFOCONS et des désillusions souvent cruelles. Il faut apprendre pour connaître, connaître pour comprendre, comprendre pour juger ! Rappelez-vous que « nul ne détient la vérité. Même une horloge arrêtée a raison 2 fois par jour ». La preuve avec cette magnifique fable Indienne.Un jour de grand soleil, 6 aveugles originaires de l’Hindoustan, instruits et curieux, désiraient, pour la première fois, rencontrer un éléphant afin de compléter leur savoir.

 

legende indienne

 

  • Le premier s’approcha de l’éléphant et, alors qu’il glissaitcontre son flanc vaste et robuste,il s’exclama : « Dieu me bénisse,un éléphant est comme un mur ! ».

  • Le deuxième, tâtant une défenses’écria « Oh ! Oh !Rond, lisse et pointu !Selon moi, cet éléphant ressemble à une lance ! »

  • Le troisième se dirigea vers l’animal, pris la trompe ondulante dans ses mains et dit :« Pour moi, l’éléphant est comme un serpent ».

  • Le quatrième tendit une main impatiente, palpa le genou et fut convaincu qu’un éléphantressemblait à un arbre !

  • Le cinquième s’étant saisi par hasard de l’oreille, dit :« Même pour le plus aveugle des aveugles, cette merveille d’éléphant est semblable à un éventail ! »

  • Le sixième chercha à tâtons l’animal et, s’emparant de la queue qui balayait l’air, perçu quelque chose de familier :« Je vois, dit-il, l’éléphant est comme une corde ! »

  • Alors, les 6 aveugles discutèrent longtemps et passionnément, tinsistant sur ce qu’il croyait exact. Ils semblaient ne pas s’entendre, l les entendit argumenter.

- « Qu’est-ce vous agite tant ? » dit-il.

- « Nous ne pouvons pas nous mettre d’accord pour dire à quoi ressemble l’éléphant ! »

Et chacun d’eux lui dit ce qu’il pensait à ce sujet. Le sage, avec son petit sourire, leur expliqua :

- « Vous avez tous dit vrai ! Si chacun de vous décrit l’éléphant si différemment, c’est parce que chacun a touché une partie de l’animal très différente ! L’éléphant à réellement les traits que vous avez tous décrits. »

- « Oooooooh ! » exclama chacun. Et la discussion s’arrêta net ! Ils furent tous heureux d’avoir dit la réalité, car chacun détenait une part de vérité. La morale de cette histoire est évidente : Il faut se garder d’identifier son propre point de vue, nécessairement limité et partiel, à la réalité globale. Cela évite le ridicule des doctrinaires et des fanatiques, persuadés d’avoir chacun LA vérité et qui se disputent sans fin – sans fin parce qu’en fait, chacun est en possession d’une partie de la vérité, et que donc tous ont raison quant à ce qu’ils ont expérimenté chacun de son côté – et tous ont tort quand ils prétendent réduire la réalité totale à leur expérience fragmentaire. L’autre leçon est qu’une fois que chacun a accepté d’avoir une partie seulement de la vérité, chacun peut ensuite admettre que les autres ont, eux aussi, une partie de la vérité, et donc entretenir avec les autres un respect mutuel. La vérité n’est alors jamais possédée par une seule personne, en excluant les autres de sa jouissance, non, elle serait ce qui adviendrait après une réflexion collective, une mise en commun de la part de vérité de chacun, pour en faire un tout !!! »

Sources : http://am-designthinking-blog.com

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

C’est une question qui nous est souvent posée à juste titre, par les personnes intéressées par cette méthode. Notre école se singularise par une méthodologie classée en 5 modules, mais d’abord, commençons par le commencement car « nulle chose n’est compréhensible que par son histoire ».

Qu’est-ce que le Krav Maga ?

 D’origine Tchécoslovaque, le Krav Maga originel s’est mué aujourd’hui en plusieurs courants. Le Krav Maga « combat de proximité » a puisé ses racines dans le close combat (CQC) développé par le Major William Ewart FAIRBAIRN (Photo ci- dessous), militaire et policier Britannique (1885-1960). Les premiers principes du krav Maga, nés dans les années 40, furent pensés et mis au point par le Tchécoslovaque Imi LICHTENFELD (1910-1998), ancien soldat de la légion Tchèque commandée alors par l'armée britannique. Cette méthode se caractérisait par l’utilisation de principes efficaces, simples et rapides, capables de neutraliser dans l’instant un ou plusieurs agresseurs, même sous agents stressants négatifs.

 ewart fairbanks

Major William Ewart FAIRBAIRN

A l’époque, le krav Maga devait être facile à apprendre et à appliquer « de telle sorte qu'un soldat, un employé de bureau ou un combattant d'unité d'élite puisse obtenir l'efficacité requise dans la plus petite période d'apprentissage et aussi que les techniques puissent être appliquées malgré un stress intense... ». En 1964, Imi LICHTENFELD commence à adapter le Krav Maga aux besoins civils (hommes-femmes, jeunes-adultes) afin de répondre et « survivre à une attaque avec un minimum de risque et de dommages ». En 1995, il crée le IKMF (International Krav Maga Federation) afin de propager sa méthode à travers le monde.

Depuis son décès en 1998, de nombreuses
Fédérations et autres courants ont vu le jour. Il en résulte un « capharnaüm » international.
Aujourd’hui, pour une grande majorité de ceux-ci, les objectifs premiers s’effacent au profit des intérêts mercantiles, sportifs ou politiques. En gommant l’essentiel pour faciliter une approche
sportive (compétition), la grande majorité des courants de krav Maga civil (à ne pas confondre avec le krav Maga militaire) est devenue une self défense conventionnelle avec des codifications, des grades, des vêtements spécifiques, des certifications, des chorégraphies, des compétitions (émasculation des triptyques efficaces ERM, notion de durée avec des règles).

 imi lichtenfeld

Imi Lichtenfeld, fondateur du Krav Maga              

Le Krav Maga ADRV©, une méthode de survie évolutive :

Le Krav Maga ADRV© est avant tout une méthode de survie évolutive qui doit être effective n’importe où, n’importe quand, n’importe comment, avec n’importe qui, à n’importe quel moment, par n’importe quel temps. Cette méthode unique se décline en 5 modules distincts mais indissociables, une volonté qui la démarque du Krav Maga conventionnel : Elle repose sur les véritables fondations du Krav Maga, créé par Imi LICHTENFELD, tout en lui apportant des améliorations grâce notamment, aux dernières recherches contemporaines sur la criminologie la psychologie comportementale, aux témoignages et aux expériences éprouvées sur le terrain (nouvelles stratégies du combat, approches cognitives et neurobiologiques de la violence, survie et premiers secours...). 

 

Tout en conservant les fondations originales du close combat, nous avons créé 5 modules indivisibles mais bien distincts, en adéquation avec les besoins réels de notre société et des mentalités en perpétuelle mutation.

1- Les protections préventive et personnelle : Boxe libre, combat rapproché, Neutraliser le plus vite et le plus efficacement possible dans le respect de la légitime défense, un ou plusieurs agresseurs, La loi -Code pénal, protections des biens et de la famille, les armes létales et sublétales, tir FFtir, la nouvelle classification des armes, Les principaux gestes, réflexes et attitudes à suivre face à une menace terroriste...

2- Les principes de vie et survie tout-terrain : Conseils de la sécurité civile et gestion des risques, initiation à la survie urbaine et en pleine nature, Apprendre les règles fondamentales (P.R.E.N.©) de la survie urbaine ou dans la nature, les gestes, les attitudes et les réflexes salvateurs face à une menace ou à une situation aversive, stressante et /ou conflictuelle (humaine, animale, naturelle), développement des instincts et des sens...

3- La psychologie comportementale : Apprendre à observer, à anticiper, à se préparer mentalement et matériellement afin d’être capable de réagir efficacement sans se laisser dépasser par les événements, Etablir psychologiquement, physiquement et matériellement les bonnes priorités avant, pendant et après un effondrement de la normalité, analyse des besoins réels de l’homme moderne, on s’aperçoit rapidement que le premier adversaire à affronter est nos propres réactions face à un danger. Aussi, nous soulignons l’importance de l’étude des principes qui reposent sur la psychologie comportementale, la biomécanique naturelle (composée de 3 motricités), les instincts et les sens que la nature nous a offerts.

 

4- Initiation, prévention et sensibilisation aux premiers secours : Préparation au PSCI, blessures de guerre...

5- Le Taiji Qigong : Les exercices de santé, la respiration volontaire, les automassages, ouverture des articulations, découverte de la biomécanique, santé par les plantes...

Depuis sa création en septembre 2013, l’association A.D.R.V.© a repensé totalement le processus d’apprentissage. Notre école « pas comme les autres » place les protections préventive et personnelle, les principes de vie et survie tout-terrain, les premiers secours et la santé au centre de son enseignement... à travers une approche par résolution de problèmes, appelée A.P.R.P.©.

La vigilance par la sensibilisation, l’information et la prévention : 

Après les récents attentats, nous estimons que la sécurité est une affaire de l’état, des maires mais aussi des citoyens, somme toute la sécurité est une affaire de tous ! « Etre citoyen, c’est agir. Vous aussi soyez prêt » (Alerte ORSEC - Ministère de l’intérieur www.interieur.gouv.fr). Apolitique et areligieuse, notre association encourage la vigilance citoyenne associative par la sensibilisation, la prévention et l’information à travers le Krav Maga ADRV© et le Taiji Qigong.

Conscients que nous sommes toutes et tous des victimes potentielles, les derniers attentats tragiques nous rappellent que les priorités à établir avant, pendant et après une menace ou une agression ne sont nullement en adéquation avec la pédagogie imposée de la self défense conventionnelle. Le monde a changé, les mentalités et les modes d’action également. Nous considérons que chacun(e) doit être capable d’établir ces bonnes priorités afin de répondre calmement et positivement aux diverses situations aversives, anxiogènes, stressantes et/ou conflictuelles que nous serons peut-être amenés à rencontrer un jour, dans la rue, chez soi comme au travail.

La presse nationale et internationale salue notre travail. Robert PATUREL, ancien formateur et négociateur au RAID a rendu hommage au co-fondateur de l’ADRV© dans son dernier livre « Boxe de rue II ». En règle générale, la presse souligne notre méthodologie car nous abordons des thèmes jamais étudiés, tels, les nouvelles menaces humaines (terrorisme, biologiques...), animales (moustiques, tiques...) et naturelles (sécheresse, changement climatique, inondations...). Les scénarii élaborés en salle et en extérieur sont salués par les experts qui considèrent que notre approche est en adéquation avec le concret de l’action, avec ses imprévus et ses inconnus. Partant du principe qu’on n’apprend pas à nager avec un manuel, on refuse les codifications conventionnelles, trop souvent impossibles à appliquer dans le feu de l’action, en raison des perturbations cognitives, motrices et sensorielles. Sachant que le premier ennemi à combattre est nos propres réactions, on comprend vite la ligne directrice de notre association : 

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

NL10

Savez-vous vraiment comment appliquer le baume du tigre efficacement ?

« Tout le monde connaît le célèbre Baume du Tigre aux nombreuses vertus. Mais saviez-vous que l’efficacité du baume dépend autant de la qualité du produit que de la façon de l’appliquer ? Sachez qu'il ne faut pas essayer de faire pénétrer le baume dans la peau, ni masser la zone concernée comme si c'était une huile ou une pommade traditionnelle. Pour l'appliquer efficacement, il faut frictionner rapidement jusqu'à ce que le baume vous chauffe la peau puis arrêter.

1. Prenez une noisette de baume du Tigre.

2. Frictionnez la zone à traiter énergiquement. Si vous souhaitez "couper une douleur", agissez avec le tranchant de la main comme si vous vouliez couper la partie douloureuse.

3. Arrêtez le mouvement dès que vous sentez une chaleur se diffuser.

4. Laissez agir le baume.

Sachez qu'il est normal que la chaleur soit suivie d'une sensation de froid intense. C'est le principe même du Baume du Tigre ! Attention : Prenez bien soin de vous laver les mains activement (et sous les ongles) car le baume provoque des sensations de brûlures s'il touche les muqueuses comme la bouche. Il est même très dangereux s'il entre en contact avec vos yeux.

Sources : www.comment-economiser.fr

Les derniers articles

14 Jui 2017 10:29 - kiko
Lexique-glossaire du survivaliste

Fichier PDF à télécharger ici   F Le plus connu de ces acronymes est le S.O.S. utilisé comme [ ... ]

SécuritéRead more...
14 Mai 2017 21:48 - kiko
Tout ce que vous devez savoir sur la morve et les crottes de nez

A travers la chronique de Mélanie Morin de la rédaction d'Allodocteurs.fr, nous vous invitons à découvrir [ ... ]

SantéRead more...
14 Mai 2017 21:46 - kiko
L’ail des ours

L’ADRV© et medidiste.fr vous proposent de découvrir une plante commune de la famille des liliacées, [ ... ]

SantéRead more...
14 Mai 2017 21:44 - kiko
Une mouche se pose sur votre nourriture... Quels sont les risques ?

L’ADRV© et medisite.fr posent cette question car rares sont les personnes qui connaissent les véritables [ ... ]

SurvieRead more...
14 Mai 2017 21:43 - kiko
La législation Française et la self défense  Une inconnue pleine d’imprévus !

Module Krav maga ADRV© et la loi

La législation Française sur la self défense est souvent méconnue, [ ... ]

Krav MagaRead more...
14 Mai 2017 21:37 - kiko
Ampoules au pied : 3 remèdes de grand-mère

Suite de notre reportage à propos des ampoules aux pieds, douloureux souvenirs de plusieurs jours en [ ... ]

SantéRead more...
Les autres Articles
L’A.D.R.V© est une association loi 1901 fondée par Eric GARNIER SINCLAIR et Mitchiko MOCHIZUKI. Enregistrée à la sous préfecture de St Nazaire sous le n° W 443002393, notre association est affiliée à travers le KMADRV© à la F.F.S.T. (Fédération affinitaire multisports agréée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports - N° d'agrément : 13056 du 15 juin 1953).

S5 Box